« Des conditions extrêmement difficiles »

Ce week-end, le Spa Rally accueillait aussi la deuxième manche du Historic Belgian Rally Championship. Comme les années précédentes, les classiques avaient l’honneur d’affronter le parcours devant les voitures modernes des ténors du Championnat de Belgique des Rallyes. En raison des conditions particulièrement difficiles le samedi, l’épreuve s’est transformée en une course par élimination. Stefaan Prinzie et Sharon Vermeulen ont remporté la victoire avec leur Opel Ascona 400, prenant par la même occasion la tête du Championnat de Belgique des Rallyes.

Sébastien Cuvelier a signé la plupart des scratches en Historic. (photo J. Dozin)

Vendredi soir, deux boucles de deux spéciales étaient au programme autour du Circuit de Spa-Francorchamps. Un cadre dans lequel nous attendions la BMW M3 de Robin Maes. Mais la M3 2.3 ‘Camel’ clôturait la première étape au deuxième rang à 7″7 de Stefaan Prinzie, qui entamait la deuxième étape en confiance.

« Sous la pluie, l’Ascona 400 est très efficace. Je pense que je vais pouvoir franchement compliquer la vie de Maes, surtout dans la Clémentine, » souriait Prinzie, qui ne trouvait pourtant le bon rythme sous la pluie que dans l’après-midi. « J’ai démarré ce matin avec des Michelin larges à l’arrière. Je n’ai trouvé du grip qu’en deuxième boucle, en montant des Pirelli plus étroits. »

Vendredi soir, Robin Maes avait volontairement modéré son attaque. Samedi matin, le pilote BMW prenait rapidement la tête du classement: « Vendredi soir, la deuxième spéciale comportait plusieurs très longues lignes droites. Aucun moteur n’est capable de supporter ce traitement en restant une minute au rupteur… J’ai donc soulagé volontairement plusieurs fois. Nous avons ainsi perdu du temps. Mais le rallye est encore long… »

Stefaan Prinzie et Sharon Vermeulen vainqueurs devant Sébastien Cuvelier et Jean-Noël Grégoire (à gauche) et André et Guillaume Lausberg (à droite).

Après-midi, le deuxième passage dans la Clémentine allait faire basculer la course. Alors en tête, Robin Maes se retrouvait sans essuie-glace et se faisait piéger sur un freinage. La BMW heurtait un talus, cassant sa suspension. Stefaan Prinzie était dès lors assuré de sa victoire, son plus proche poursuivant, Sébastien Cuvelier, pointant à quasiment 7 minutes…

« Visiblement, Cuvelier avait renoncé vendredi soir et était reparti en Rally2 avec une pénalité. Mais nous ne le savions pas. Cette pénalité n’est apparue qu’au départ de la dernière boucle samedi. J’étais encore à l’attaque quand j’ai compris que je pouvais terminer calmement… Mais ce n’était pas facile. Je n’ai jamais roulé de manière aussi ‘carrée’ que dans ces quatre dernières spéciales. J’ai d’ailleurs cassé l’échappement dans le dernier chrono… » expliquait Stefaan Prinzie, qui en profite pour prendre la tête du Historic BRC.

Sébastien Cuvelier était particulièrement heureux de s’offrir la deuxième place finale à 3’58 ». Et pour cause: « Terminer deuxième après avoir dû remplacer la boîte vendredi soir, c’est un beau résultat. Surtout que Spa est mon rallye à domicile. »

Sur le podium, Sébastien Cuvelier était rejoint par André Lausberg, troisième avec sa Porsche après avoir perdu trois minutes suite à une crevaison.

Arthur Kerckhove est l’agréable surprise du début de saison avec sa 2ème place au championnat HBRC. (photo B. Vanpoucke)

La deuxième place du championnat est désormais occupée par Arthur Kerckhove, qui effectue à 20 ans de très bons débuts en Historic BRC avec sa modeste Ford Escort dotée d’un moteur Pinto: « Nous avons été très réguliers puisque l’objectif premier est d’apprendre. Je suis étonné de ma position, mais nous avons profité des malheurs des autres. C’était vraiment quelque chose de très spécial de disputer la Clémentine pour la première fois! »

Luc Caprasse terminait cinquième sur son Audi Quattro, la voiture idéale dans ces circonstances. Plusieurs ténors devaient jeter le gant prématurément. Avant même le départ, Yanick Bodson abandonnait après un début d’incendie au niveau du tableau de bord. Quant à Jean-Pierre Van de Wauwer, il en restait là vendredi soir après une crevaison et des soucis de moteur. Ces incidents lui avaient coûté plus de cinq minutes. Tom Van Rompuy renonçait samedi après-midi, ne parvenant pas à solutionner les ennuis de moteur sur sa BMW M3. Dirk Vermeersch n’a guère pu profiter de son comeback puisque le moteur de sa Fiat 124 lâchait dès la deuxième spéciale.

Classement final HBRC
1. S. Prinzie-Sharon Vermeulen (Opel Ascona 400) 2h14’15″0
2. S. Cuvelier-J.N. Grégoire (Ford Escort RS Mk2) +3’58″0
3. André & Guillaume Lausberg (Porsche 911) +4’23″9
4. A. Kerckhove-R. Govaerts (Ford Escort RS Mk2) +10’41″6
5. L. Caprasse-M. Prignon (Audi Quattro) +12’06″8
6. D. Van Rompuy-J. Vanoverschelde (Opel Ascona) +12’55″7
7. V. Prégardien-X. Vandenbussche (Ford Escort Kk2) +21’35″8
8. R. Buyse-A. Balanger (Porsche 911) +22’56″3
9. P. Jamin-R. Beyers (Daf 66 Marathon) +24’07″4