Le rallye peut parfois être cruel. Alors qu’il occupait la troisième place du classement général au volant de sa DS 3 R5, monture qu’il n’avait plus pilotée depuis huit mois, Kevin Demaerschalk s’est vu privé d’un podium amplement mérité en vue de l’arrivée. Mais à l’occasion du Spa Rally, deuxième manche du Championnat de Belgique des Rallyes, Kevin Demaerschalk a une nouvelle fois prouvé sa pointe de vitesse.

Vendredi soir, le Spa Rallye débutait par quatre spéciales nocturnes disputées entièrement ou partiellement sur le Circuit de Spa-Francorchamps. Neuvième seulement après les deux premiers chronos, le pilote Citroën Belux parvenait à remonter de quatre rangs au terme du second passage. « Nous avons malheureusement rencontré en tout début de course un souci avec la soupape de décharge du turbo, qui se mettait en sécurité, ce qui nous privait de puissance à chaque fois pendant plusieurs secondes, » expliquait Kevin. « Au deuxième passage, nous avons amélioré nos chronos de 15 et 34 secondes, ce qui nous a permis de remonter au cinquième rang. Mais le rallye est encore long et la pluie annoncée demain va redistribuer les cartes. »

Remontée sur le podium

Entamée sous la pluie, la deuxième journée de course était particulièrement fertile en incidents pour le groupe de tête. Une crevaison survenue dans la deuxième spéciale du jour faisait perdre du temps et des places à Kevin Demaerschalk. Mais à l’issue du premier passage dans la redoutable spéciale de la Clémentine, il remontait de deux rangs au classement général. « Pourtant, la boucle fut difficile pour nous. Deux crevaisons et un comportement assez bizarre de notre voiture dans la Clémentine. Mais me voilà maintenant revenu au pied du podium et je compte bien défendre cette position jusqu’au bout. »

Alors que la pluie se transformait en déluge dans l’après-midi, Kevin Demaerschalk et Bram Eelbode accédaient à la troisième place du classement général après le retrait du leader malgré une perte de puissance sur leur DS 3 R5. Un souci que l’équipe technique ne parvenait malheureusement pas à résoudre avant de repartir pour les quatre dernières spéciales. « Il n’y a quasiment plus de pression de turbo et donc de puissance, » détaillait Fred Miclotte, le Team Manager de J-Motorsport. « Avec notre ingénieur et le support téléphonique de Citroën Racing, nous avons cherché l’origine du mal, mais sans le trouver. »

Abandon en vue de l’arrivée

Sur la liaison menant vers Stavelot et le départ de la… 13e spéciale, la belle aventure se terminait pour l’équipage du team J-Motorsport. « La déception est évidemment énorme, » concédait Anouk Van Vliet, Directrice Communication de Citroën Belux. « Mais les sports mécaniques sont parfois cruels. Malgré des conditions de course difficiles, Kevin était sur le podium, démontrant une nouvelle fois tout son talent. Dommage que cela ne se soit pas traduit par un très bon résultat à l’arrivée. Rendez-vous à Namur, au Rallye de Wallonie, pour la revanche ! »

Malgré son abandon, Kevin Demaerschalk tenait à dresser un bilan positif de ce Spa Rally. « Même si je manquais d’expérience sur ce parcours, et si je n’ai pas encore trouvé tous les automatismes au volant de la R5, nous étions très bien classés et un podium aurait été une belle récompense pour les efforts de tout le monde, » souriait malgré tout le pilote de Hoeilaart. « Les kilomètres parcourus ce week-end, dans des conditions météo très diverses, me seront aussi utiles pour la suite de mon programme. En espérant évidemment que la chance soit de notre côté dès le Rallye de Wallonie… »

Photo BRC